L'accompagnement des partenaires sociaux lors de la mise en place des régimes collectifs de protection sociale

Accueil > L’Actu archivée > Santé et qualité de vie au travail

Sous-rubriques

Santé et qualité de vie au travail

En fin d'année dernière, la commission de réflexion sur la souffrance au travail, composée de députés et de personnalités qualifiées (médecins, chefs d'entreprises, ...) a rendu publiques ses "30 propositions pour travailler mieux" dans lesquelles 3 axes principaux se font jour :
- rétablir le dialogue,
- promouvoir la formation et les bonnes pratiques,
- réformer les services de santé au travail.

Afin de rétablir le dialogue, la commission préconise de réhumaniser le monde du travail en encourageant la promotion interne et en construisant une relation de confiance entre l'entreprise et ses salariés. D'après la commission, la valorisation du collectif devrait aussi être recherchée dans l'entreprise, par une communication accrue sur sa stratégie et, enfin, un rôle stratégique devrait être donné au CHSCT en permettant l'élection de ses membres directement par les salariés et l'attribution de budgets propres pour concrétiser ses projets.

L'amélioration de la formation aux problématiques de la santé et de l'organisation du travail doit, selon la commission, être effective pour tous les acteurs de l'entreprise : les managers, les membres du CHSCT, les personnels des services de santé et les salariés. En outre, la commission recommande de banaliser la question de la santé au travail et d'agir sur l'environnement immédiat du salarié par la création de services ou l'aménagement de l'espace. Une réflexion sur "l'interpénétration des temps personnels et professionnels" doit être menée afin que les salariés puissent faire valoir leur droit à la vie privée en soirée et le week-end et la maîtrise des nouvelles technologies encouragée. Par ailleurs, la création de boîtes à outils qui permettrait l'accès de tous aux informations liées à la prévention est préconisée par la commission ainsi que l'élaboration de chartes et de protocoles qui valoriseraient les bonnes pratiques. Une certification "santé et qualité de vie au travail" pourrait même être créée qui donnerait droit à des avantages fiscaux pour l'entreprise. Dans ce cas, l'exemplarité des dirigeants et l'implication des managers serait impérative et les écarts comportementaux avérés sanctionnés.

Quant à la réforme des services de santé au travail, la commission propose la création de services régionaux en vue de mutualiser les ressources et les moyens. Ces services, dont pourrait dépendre les médecins du travail afin de garantir leur indépendance, pourraient être eux-mêmes pilotés par les Agences régionales de santé (ARS).


Menu

Espace Membres

Authentification

mot de passe oublié ?

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com