L'accompagnement des partenaires sociaux lors de la mise en place des régimes collectifs de protection sociale

Accueil > L’Actu archivée > Santé et itinéraire professionnel

Sous-rubriques

Santé et itinéraire professionnel

La Direction de l'animation de la recherche et des statistiques (DARES) et la Direction de la recherche des études de l'évaluation et des statistiques (DREES) ont mené, avec le concours de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), une enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP) qui fait la démonstration de la forte interactivité entre le parcours professionnel et la santé.
Une typologie des itinéraires professionnels a été bâtie pour analyser les interactions entre santé et travail. Quatre dimensions ont été retenues :
- le sens de la trajectoire professionnelle,
- la continuité du parcours et la fréquence des changements d'emploi,
la pénibilité du travail.

Grâce à l'analyse de ces facteurs, l'étude a répertorié huit classes d'itinéraires professionnels associés à des états de santé différents :
 Parcours stables très qualifiés (15%) : la santé de ces personnes est plutôt bonne (seuls 19% indiquent avoir une santé moyenne ou mauvaise ou très mauvaise)
 Parcours ascendants continus (17%) : caractérisés par une stabilité d'emploi, majoritairement représentés par des hommes (60%) ou des personnes en fin de carrière, ¼ de ces salariés ont une santé perçue un peu moins bonne que ceux ayant eu un parcours stable très qualifié
 Parcours stables d'indépendants (4%) : avec un travail physiquement exigeant, 37% des personnes de ce groupe signalent une santé "moyenne" ou "mauvaise"
 Parcours durablement peu qualifiés (22%) : une catégorie comportant une proportion importante de personnes âgées de 50 ans ou plus dans laquelle 36% des salariés déclarent une santé "moyenne" et "mauvaise"
 Parcours interrompus (15%) : rassemblant 55% de femmes et des personnes plus jeunes que la moyenne, souvent issues des professions de services aux particuliers ou de métiers ouvriers, 30% de ces personnes mentionnent une santé "moyenne" et "mauvaise" proche de celui de l'ensemble de la population (29%)
 Parcours pénibles et hachés (12%) : avec des conditions de travail souvent moins favorables qu'en moyenne, tant au plan physique que psychosocial, cette catégorie regroupe davantage les jeunes (moins de 40 ans) et des professions des services aux particuliers, de la restauration et des services administratifs des entreprises. Bénéficiant d'une santé se situant dans la moyenne, 11% d'entre eux déclarent plus souvent des épisodes dépressifs (7% pour le reste de la population)
 Parcours descendants (8%) : les salariés de cette classe occupent tous un emploi moins qualifié qu'en début de carrière et ont été exposés à la plupart des pénibilités. Ainsi, 33% d'entre eux mentionnent avoir une santé "moyenne" ou "mauvaise" et 11% sont sujets à des épisodes dépressifs.
 Parcours pénibles et précaires (10%) : plus exposé à des périodes de chômage de longue durée et à des conditions de travail dégradées, l'état de santé de ce groupe apparaît fragile, aussi bien physiquement que mentalement : 35% se perçoivent en "moyenne" ou "mauvaise santé", 21% signalent une limitation dans leurs activités courantes, des troubles du sommeil (31%) ainsi que des épisodes dépressifs majeurs (11%)


Menu

Espace Membres

Authentification

mot de passe oublié ?

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com