L'accompagnement des partenaires sociaux lors de la mise en place des régimes collectifs de protection sociale

Accueil > L’Actu archivée > La retraite, ailleurs …

Sous-rubriques

La retraite, ailleurs …

Dans de nombreux pays européens, et sous la pression générée par la crise économique, la réforme des régimes de retraite est à l'ordre du jour. Face à une situation démographique trop souvent dégradée, des aménagements des systèmes de retraite se sont imposés ici et là : réforme du calcul des pensions, augmentation de la durée de cotisation, recul de l'âge de départ à la retraite, transfert d'une part de l'épargne retraite au privé, ... Mais la crise a affaiblit les régimes de retraite et a fait de leur réforme un levier incontournable pour rétablir le crédit financier de certains Etats aux yeux du Marché.

Les réformes successives des retraites en Allemagne semblent avoir permis de préserver l'équilibre des régimes et l'emploi mais les choix politiques ont été difficiles. Face à un taux de fécondité de 1,3 enfant par femme, le pays a mis en place, après la réunification et dès 1992, un système de retraite par points. Dix ans plus tard, une touche de capitalisation a été introduite par le gouvernement alors en place, de façon à compenser une baisse annoncée du niveau de pension de base (réforme dite Riester). Ensuite, en 2005, une nouvelle formule d'indexation des pensions prenant en compte le ratio démographique voit le jour. Pour finir, en 2007, par le recul de l'âge de départ à la retraite, porté progressivement à 67 ans d'ici 2029. Selon le Président de l'équivalent de l'Assurance retraite allemande, le succès de la réforme des retraites a demandé de gros efforts de la part des futurs retraités, des cotisants, des retraités actuels et de l'Etat. Cependant, il considère que ces réformes couplées à la moindre évolution des salaires et au chômage de longue durée ne garantira pas forcément aux futurs retraités d'être à l'abri de la pauvreté.

Par ailleurs, avec un taux de chômage de 18,9% (soit + de 4 millions de personnes) fin 2009, l'Espagne ploie sous les effets de la crise. En réaction, fin janvier, le gouvernement a présenté un plan d'austérité prévoyant notamment que l'Etat réalise 50Md€ d'économies à d'ici 2013. Côté retraites, le plan prévoit un recul de l'âge de départ à la retraite de 65 ans aujourd'hui, à 67 ans en 2025, à raison de 2 mois supplémentaires d'activité chaque année d'ici 3 ans. Une façon d'anticiper les calculs du ministère du travail qui prévoient un doublement du nombre de retraités d'ici 2040. Face à la levée de boucliers suscitée par son plan, le 1er ministre espagnol s'est justifié en mettant en avant l'urgence à intervenir aujourd'hui pour assurer la sauvegarde du système dans le futur. Il n'empêche que, pour trouver un accord, les négociations s'annoncent difficiles ...

Enfin, le gouvernement tchèque a lui imposé une augmentation progressive de l'âge de départ à la retraite à partir du 1er janvier dernier. Ainsi, en 2028, les hommes et les femmes sans enfant devront atteindre 65 ans pour partir à la retraite, alors que les mères de famille devront être âgées de 62 à 65 ans. Et ce ne sont pas les seules modifications envisagées dans le pays ...


Menu

Espace Membres

Authentification

mot de passe oublié ?

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com