L'accompagnement des partenaires sociaux lors de la mise en place des régimes collectifs de protection sociale

Accueil > L’Actu archivée > Les indicateurs des risques psychosociaux

Sous-rubriques

Les indicateurs des risques psychosociaux

Le premier état des lieux des risques psychosociaux en France a été rendu public fin 2010 grâce à une étude de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES). Elle s'appuie sur le recensement effectué par le collège d'expertise qui avait été mis en place en 2008 suite au rapport "Nasse-Légeron" *. Chargé du suivi statistique des risques psychosociaux (RPS), il avait recensé une quarantaine de leurs indicateurs et avait analysé les risques selon six thématiques : les exigences du travail, les exigences émotionnelles, l'autonomie et les marges de manœuvre, les rapports sociaux et relations de travail, les conflits de valeur et l'insécurité socio-économique.
D'une manière générale, Les statistiques du RPS montrent que les professions les plus qualifiées sont confrontées à des exigences psychosociales plus élevées ainsi qu'à des conflits de valeur plus fréquents, mais sont moins exposées au manque de marge de manœuvre, de soutien social ou de sécurité économique que les professions peu qualifiées.
L'analyse des risques par thématique est décrite ci-après :

Les exigences du travail
Tout d'abord, 23% des actifs occupés (plus souvent des cadres et des professions intermédiaires que des ouvriers et employés) ressentent "toujours" ou "souvent" la quantité de travail demandée comme excessive. Ensuite, la moitié des salariés se plaint de la pression temporelle subie au travail, ce qui concerne également les professions qualifiées. De plus, la complexité et la multiplicité des tâches représentent un souci permanent pour 45% des actifs occupés. Enfin, la conciliation entre vie privée et vie professionnelle s'avère difficile pour 11% des intéressés. Fondamentalement, les exigences psychosociales au travail sont plus importantes pour les salariés qualifiés, même si les ouvriers sont plus contraints dans leur rythme de travail.

Les exigences émotionnelles
Elles peuvent être importantes dans les relations de service où la personne doit maîtriser et façonner ses propres émotions ainsi que celles des bénéficiaires de son travail. Bien que le contact avec le public ne soit pas nécessairement source de risques psychosociaux et puisse même constituer un aspect plaisant du travail, 11% des actifs occupés affirment vivre "toujours" ou "souvent" des tensions (agressions verbales, injures ou menaces) avec le public et 33% en vivre "parfois" (selon l'enquête SIIP 2007) . Les secteurs les plus concernés sont le commerce et les services, les femmes étant souvent plus exposées car elles travaillent davantage dans des secteurs en contact avec le public. En outre, la confrontation avec la souffrance des autres peut être source de risque psychosocial. Par ailleurs, 8% des actifs affirment avoir "toujours" ou "souvent" peur au travail et un actif sur trois "parfois", qu'il s'agisse de la peur d'un accident matériel, d'une agression physique ou d'une violence morale (harcèlement, discrimination, ...). Sont plus particulièrement concernés les jeunes, les hommes et les agriculteurs. Les secteurs les plus visés sont ceux des transports, de la construction, de l'éducation et de l'action sociale.

L'autonomie et les marges de manœuvre
Le manque d'autonomie ou de marge de manœuvre est exprimé par 20% des actifs occupés qui estiment avoir "souvent" ou "toujours" très peu de liberté pour décider comment faire leur travail (ce pourcentage s'élève à 29% dans le cas des ouvriers). L'emploi et le développement des compétences sont des facteurs importants de la santé au travail. En effet, l'ennui et la monotonie favorisent les troubles psychiques tout comme l'impossibilité d'exprimer son avis et ses attentes dans l'organisation du travail.

Les rapports sociaux et les relations de travail
L'étude de la DARES subdivise cette thématique en quatre domaines : la coopération et le soutien social (de la part des collègues et de la hiérarchie), la violence au travail (les situations d'agression, d'isolement ou de mépris), la reconnaissance et le sentiment d'utilité du travail effectué et la qualité du management. Le travail représente un lieu de socialisation très important pour beaucoup de personnes. Selon une enquête Sumer datant de 2003, seuls 9% des salariés jugent leurs collègues de travail inamicaux. Par ailleurs, un salarié sur cinq considère que son supérieur n'accorde pas d'attention à ses paroles. En outre, toujours selon l'enquête Sumer, 13% des salariés déclarent subir un comportement méprisant, 10% disent vivre une situation de déni du travail et 2% une atteinte dégradante.
L'étude SIIP 2007 souligne aussi le manque de reconnaissance au travail : un actif sur trois estime que son travail n'est que "parfois" ou "jamais" reconnu à sa juste valeur. Le sentiment d'inutilité au travail est moins fréquent puisqu'il ne touche que 9% des actifs occupés. Enfin, le dernier facteur de risque lié à la dimension collective au travail réside dans l'incertitude provoquée par le manque de clarté du management.

Les conflits de valeur
Ils sont 6% des actifs occupés à considérer qu'ils doivent effectuer "toujours" ou "souvent", dans leur travail, des choses qu'ils désapprouvent (vente abusive, réalisation de licenciements, ...). Ces conflits éthiques touchent plus les hommes que les femmes.

L'insécurité socio-économique
C'est un facteur de risque important pour la santé et pourtant 23% des actifs occupés en 2007 déclaraient travailler avec la peur de perdre leur emploi. Cette insécurité socio-économique touche surtout les ouvriers de l'industrie.

Enfin, si 37% des actifs déclaraient en 2005 ne pas se sentir capables d'effectuer le même travail jusqu'à 60 ans, une récente étude du cabinet de conseil en ressources humaines Mercer portant sur la "satisfaction des salariés au travail" révèle qu'un salarié sur trois (72%) souhaite quitter son entreprise (contre 57% en 2007).

* Rapport consultable sur le site : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/RAPPORT_FINAL_12_mars_2008.pdf

 


Menu

Espace Membres

Authentification

mot de passe oublié ?

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com